Brésil – 3 semaines et 3 jours

Départ de France le 20 janvier, j’avais un vol jusqu’à São Paulo avec une escale d’une heure à Madrid. ATTENTION, pour tout voyageur en partance pour le Brésil, une preuve de sortie du Brésil dans les 3 mois après votre arrivée peut vous être demandée avant de prendre l’avion. Ça a été mon cas, je n’ai pas pu monter dans l’avion à Madrid car je n’avais pas de billet de retour (ou en tout cas pas de billet de sortie du Brésil). J’ai donc dû attendre le vol suivant (24h !!), et entre temps réserver n’importe quel billet d’avion ou bus sortant du Brésil. J’ai donc réservé un billet de bus, de Rio de Janeiro à Puerto Iguazu pour le 16 février, ce qui me laissait 3 semaines et 3 jours au Brésil (entre São Paulo et Rio)

Une fois sur place, j’ai consulté le site de Lonely Planet, « Itinéraires », « Rio et le Sud Est », ce qui m’a amené à Ilhabela, Petropolis et Cabo Frio, moins fréquentés par les backpackers.

São Paulo

Je suis donc arrivée à São Paulo le 22 janvier (au lieu du 21 janvier !), je suis restée 2 jours complets et suis partie le 3ème jour au matin. Je ne suis pas une grande fan des grandes villes. São Paulo est sympa mais n’a pas beaucoup de charme. J’y ai fait un « free walking tour » en anglais, c’est un tour guidé de la ville, à pied, où chacun donne le pourboire qu’il souhaite à la fin. Pour en avoir fait dans plusieurs villes, c’est parfois très intéressant avec des anecdotes sur la ville et parfois un peu ennuyant, tout dépend du guide ! En gros j’ai vu : Sé et sa cathédrale, São Bento, Libertade, Praça Republica, le mercado municipal. J’ai retrouvé un ami d’une amie, qui est Brésilien et m’a montré quelques coins de la ville notamment le parc Ibirapuera et avenida Paulista.

p1040026
Beaucoup de feu piétons représentent des bâtiments de la ville
p1040033
Cathédrale de Sé
p1040037
Mercado municipal
p1040049
Parque Ibirapuera

Ilhabela

J’ai donc ensuite pris la direction d’ Ilhabela. J’ai pris un bus en direction de São Sebãstiao. Je suis allée prendre le bus à la gare de bus de Tietê et j’avais acheté mon billet de bus la veille mais je pense que ce n’était pas nécessaire puisqu’il y a plusieurs bus dans la journée (toutes les 2 ou 3 heures, je ne voulais pas prendre le risque d’attendre 2 ou 3h à la gare routière !). Le trajet en bus était long, plus long qu’annoncé, et la route était sinueuse mais le paysage était superbe. Par endroit on longeait la côte et à d’autres on se serait cru dans la forêt amazonienne. Une fois arrivée à São Sebastião j’ai pris un ferry pour Ilhabela qui permet de transporter quelques voitures et des piétons. J’ai ensuite marché 25 min jusqu’à une auberge que j’avais réservé la veille. J’ai eu du mal à me faire comprendre puisque personne ne parlait anglais à l’auberge, seulement des brésiliens ! L’île est réputée pour ses randonnées mais je n’ai pas réussi à avoir des informations sur les randos à faire seule et les sorties organisées étaient relativement chère et se faisait à plusieurs seulement. J’ai donc profité de la plage, de la tranquillité et du snorkelling à Ilha das Bras (j’ai pris un bus depuis mon auberge pour y aller). Je suis restée 2 nuits à Ilhabela puis je suis partie à Paraty.

p1040057
Ilhabela

Paraty

Arrivée en début d’après-midi, je me suis baladée dans la petite ville coloniale qui a beaucoup de charme.

p1040069
La petite ville de Paraty
p1040077
Paraty
p1040082
Plage à une vingtaine de minutes de marche

 

 

La plage du « centre-ville » et celle un peu en dehors de la ville (accessible en environ 20-30 min à pied) ne sont pas terribles, je m’y suis tout de même baignée vu la chaleur !

Au lendemain d’une soirée avec des backpackers de l’auberge où j’ai enfin testé les délicieuses caipirinhas, un brésilien, Marco, nous a proposé à moi et Bruna, une brésilienne, d’aller avec sa voiture à une plage proche de Trinidad. Après avoir garé la voiture, nous avons marché environ 45 min dans la forêt avant d’arriver sur une grande plage bordée d’un petit camping « nature ». Malgré le temps couvert c’était très joli. Pour ceux qui ont le temps et des affaires de camping, je recommande d’aller y passer 1 ou 2 nuits. Après être restée 3 nuits à Paraty, j’ai pris la direction d’Ilha Grande avec ma nouvelle amie Brésilienne Bruna. Nous avons pris le bus pour Angra Dos Reis, puis un ferry pour atteindre l’île, le trajet en bus puis ferry a duré en tout 5h.

p1040103
Plage proche de Trinidad

Ilha Grande

L’île est magnifique, ça restera mon coup

p1040166
Plage à l’autre bout de l’île, proche de Caxadaço

de cœur du Brésil. Au départ j’hésitais à y aller, vu les tarifs des auberges, mais j’aurais manqué quelque chose ! Il n’y a pas de voiture sur l’île, il faut aimer marcher. Il y a plusieurs randonnées à faire, menant à des plages plus belles les unes que les autres. Selon le temps de marche, il est possible d’arriver à une
plage déserte et magnifique ! La cascade Feiticeira est également à voir ! Il faisait très chaud (en février) et donc il faut absolument transporter assez d’eau lorsque l’on part en direction de l’autre côté de l’île par exemple !

p1040188
En chemin pour la cascade Feiticeira
p1040193b
La cascade Feiticeira
p1040196
Plage Feiticeira

p1040138

Le soir, comme nous étions dans la période de l’approche du carnaval, des gens jouaient de la Samba au bord de la plage et dans les rues, tout le monde se réunissait autour d’eux et dansait ! C’était incroyable ! Très festif !

J’ai goûté pour la première fois au sacolé, genre de glace dans un sac plastique que tout le monde peut faire chez soi, et vendre depuis sa fenêtre ! Au restaurant, nous étions plusieurs à ne pas connaître les spécialités du coin, nous avons donc testé le bobo de camarão (avec des crevettes) et le moqueca de poisson.

Rio de Janeiro

Après avoir passé 3 jours sur Ilha Grande, toujours avec Bruna, nous nous sommes rendues à Rio de Janeiro ! Le trajet a été plus long que prévu, encore ! Nous avons pris un bateau taxi jusqu’à Conceição de Jacarei puis un bus. Nous étions coincées dans les bouchons aux abords de Rio. J’avais réservé une auberge à Botafogo et Bruna allait à Copacabana. 5h30 de trajet au lieu de 2h30-3h habituellement ! J’étais contente d’avoir Bruna avec moi qui m’a guidée et a demandé au chauffeur du bus où je devais m’arrêter pour aller à mon auberge ! Malgré la barrière de la langue (elle parlait que portugais et moi non !) nous avons passé 4-5 jours très sympa ensemble !

p1040228
Cristo Redentor

Je suis restée une semaine à Rio au total. 5 jours à visiter et 2 jours à profiter du carnaval. Je suis allée au Cristo Redentor, Pão de Açucar, Copacabana, Lapa (surtout le soir pour sortir), jardin botanique, la favela Santa Marta, j’ai fait un free walking tour de Ipanema et Copacabana qui n’était pas très intéressant car finalement peu de chose à voir dans ce coin de la ville.

p1040240b
Copacabana
p1040242
Funiculaire pour monter dans les favelas, ici celle de Santa Marta
p1040251
Vue sur Rio depuis la favela Santa Marta
p1040279
Depuis le Pao de Açucar (pain de sucre)
p1040304
Coucher de soleil à Ipanema

J’ai vu le coucher de soleil à Ipanema, tout le monde applaudi lorsque le soleil a complètement disparu ! Je suis allée au marché Uruguaiana où l’on peut trouver de tout ! (électroniques, vêtements etc.) Puis le carnaval a réellement commencé, avec les blocos dans la rue (une sorte de char avec de la musique et quelques personnes dessus, qui avance très lentement dans les rues, et tout le monde suit, en buvant des bières et en étant plus ou moins déguisé ! Il y a un planning des blocos et il y en a toute la journée, et toute la nuit selon les quartiers. Il est donc possible de ne pas dormir pendant plusieurs jours !!) J’ai retrouvé des gens rencontrés à Paraty, dont un brésilien originaire de Rio, Julio, ce qui était très pratique puisqu’il savait quel bloco était à faire et les autres à éviter ! Au dernier moment,

p1040313
Pendant un bloco

j’ai trouvé une place pour le défilé de carnaval au Sambadrome le dimanche soir, que j’ai acheté par le biais de mon auberge, à « seulement » 60€ (il vaut mieux éviter d’acheter une place dans la rue à des inconnus !). J’avais une place dans le « grandstand », où les places ne sont pas numérotées mais comme j’étais seule j’ai pu me faufiler et me mettre le plus devant possible, et je suis arrivée juste avant le début.

 

p1040450
Au Sambadrome

La fête dans les rues et le défilé n’ont rien à voir. Je suis contente d’avoir fait les 2 ! Au défilé, seuls les personnes avec un ticket peuvent y accéder, et des centaines de personnes défilent déguisés, c’est un concours entre les meilleures écoles de samba du pays. C’est impressionnant. Les gens dans les gradins chantent et dansent et applaudissent. Le défilé dure toute la nuit, de 21h à 5h du matin !

p1040333
Jardin botanique de Rio

Petropolis

p1040562
Cascade rencontrée sur la rando !

Au lendemain de ma nuit passée au Sambadrome, j’avais décidé de quitter Rio et d’aller à Petropolis, au Nord de Rio, dans les terres. C’est une petite ville sympa, beaucoup plus calme que Rio ! J’ai passé une journée rando avec Mai, une espagnole rencontrée à l’auberge. Nous avons pris un bus pour aller au parc national Serra Dos Orgãos.  Je suis restée seulement 2 nuits à Petropolis, j’aurais aimé aller jusqu’au niveau de Belo Horizonte et y passer quelques jours à faire de la rando mais comme j’avais mon bus de Rio à Puerto Iguazu le 16 février, je n’avais pas le temps de faire autant de trajet… ça sera pour une prochaine visite du Brésil !

 

 

p1040568
Vue sur le parque Serra Dos Orgaos
p1040546
Petropolis

Cabo Frio et Buzios

Depuis Petropolis, je suis allée à Cabo Frio,

p1040595
Baignade depuis le bateau pendant l’excursion

retour sur la côte pour profiter encore quelques jours des plages magnifiques avant de me diriger vers l’Argentine. 2 jours à Cabo Frio dans une auberge superbe et très familiale. Malheureusement le soleil n’était pas au RDV et je n’ai pas pu faire une excursion en bateau comme je le voulais… Après 2 nuits à Cabo Frio, je suis allée un peu plus loin (30 min en bus), direction Buzios. Balade dans la ville, sur les différentes plages et une excursion bateau toute une journée (puisque je n’avais pas pu la faire à Cabo Frio j’en ai fait une à Buzios), qui au final était un peu décevante. C’était sympa mais le bateau est rempli au maximum et on se sent vraiment comme des touristes (bien que la plupart des gens étaient brésiliens).

p1040601e
Barbecue ambulant (sur un bateau) !!
p1040607
Buzios
p1040626
Des coins très jolis à Buzios

Après 3 jours à Buzios, j’ai pris un bus direction la gare routière de Rio, d’où partait le bus pour aller jusqu’à Puerto Iguazu. Un total de 26 heures de bus, et passage de la frontière pour quitter le territoire brésilien.

Ce qu’il faut tester au Brésil :

  • Açaï : je ne connaissais pas ce granité fait à partir des baies d’açaï et souvent agrémenté de granola, super rafraichissant et apparemment bon pour la santé ! On en trouve partout (et à tous les prix !)
  • Sacolé : comme expliqué plus haut, un genre de glace que tout le monde peut faire, mis dans un sachet plastique puis congelé, beaucoup de maison ont une pancarte indiquant vente de sacolé !
  • Les restaurants « par kilo » : se présente comme un buffet, on remplit son assiette et on paye au kilo !
  • Biscoito « Globo » : se vend beaucoup sur la plage, des espèces de gâteaux apéro tout léger fait à partir de farine de manioc !
  • Les brochettes de fromages, viande, crevettes que les vendeurs font griller devant nous, à la demande du client, sur la plage !
  • Et les caipirinhas bien sûr !

5 mois et demi en Amérique du Sud

L’Amérique du Sud est une destination qui me trottait dans la tête depuis quelques temps. Étant déjà allée en Océanie, en Asie, en Amérique du Nord et en Europe, je visais quelque chose de différent, culturellement. J’avais prévu mon départ pour janvier 2016, et comme je préparais mon voyage au Népal pour novembre-décembre 2015, je ne m’y suis pas vraiment occupée mis à part acheté un aller simple pour São Paulo, billet le moins cher trouvé pour l’Amérique du Sud! J’avais seulement en tête de faire un tour au Brésil, en Argentine, au Chili, en Bolivie et au Pérou. Le tout en environ 6 mois avec une éventuelle suite en Amérique du Nord (New York et région du Québec) un ou deux mois.

Mon voyage s’est avéré durer 5 mois et demi, et j’ai ajouté la Colombie aux pays visité, suite à de nombreuses recommandations d’autres backpackers qui m’assuraient que la Colombie était leur pays préféré d’Amérique du Sud !

Quelques jours avant mon départ, j’ai tout de même réservé 2 nuits dans une auberge de jeunesse à Sao Paulo pour mon arrivée, ainsi que 2 nuits dans une auberge à Rio de Janeiro le week-end du carnaval. Quitte à être au Brésil pendant le carnaval, autant s’arranger pour être à Rio !

Pour éviter d’avoir un article de 10 pages, je divise ce séjour en Amérique du Sud par pays : Brésil, Argentine et Chili (je mets ces 2 pays ensemble puisque j’ai traversé la frontière 4 fois, c’est plus simple à raconter !), Bolivie, Pérou et Colombie.

SAMSUNG CAMERA PICTURES
Départ de France !

Infos sur le trek dans les Pyrénées

Dans cet article, je donne des informations pratiques sur le trek dans les Pyrénées (qui peuvent bien sur être utiles pour tout autre trek !)

Les refuges :

Les nuits ont été réservées sur internet, environ 1 mois avant le trek. Les tarifs indiqués sont par nuit et par personne.

Refuge de Baysselance : 25€ (compter 50€ pour la pension complète). Petit refuge, pas de place pour manger en intérieur pour les randonneurs qui sont en demi-pension. Les chambres sont occupées au maximum, pas vraiment de place pour les affaires et difficile de circuler, une trentaine de couchages dans notre chambre. Une toute petite cuisine mais seulement pour cuisiner. Heureusement il faisait beau donc nous avons pu manger dehors. Sanitaires fermés pendant 2h de temps pour cause de restriction d’eau.

Chalet de la Grange de Holle : 15,5€. Accueil sympathique ! Une cuisine semi équipée pour faire à manger (micro-onde et bouilloire très pratiques). Douches chaudes, sanitaires propres, petite chambre mais bien agencée. 6 lits dans notre chambre et nous étions les seuls dedans cette nuit là.

Camping Valle de Bujaruelo : 15€. Nous étions dans une chambre privée, avec 3 lits simples. Douches/WC propres. Des draps propres, chambre très propre. Une cuisine pour les personnes du refuge, avec micro-onde et grand espace pour manger. Un bar et restaurant vers l’accueil. Probablement le coup de cœur de ce trek !

La Casa de piedra : 15€. Refuge correct, une petite salle pour cuisiner, nous avons pu manger dans une salle à côté. Sanitaires pas très propres.

Refuge Wallon-Marcadau : 14€. Probablement le refuge le moins bien entretenu des 5 que l’on a fait. Il est pourtant très beau de l’extérieur et dans un cadre parfait. Pas de douche, lavabos pour faire sa toilette. Seulement 2 WC (dont un qui était inondé) pour 86 couchages.

 

Les vêtements et accessoires :

Voici la liste de ce que j’ai emmené (en tout, en incluant ce que je portais sur moi au départ), j’avais un sac de 50 L.

  • Bâtons de marche
  • Chaussures de marche (des Salomons basses pour trail)
  • Sandales pour le soir
  • 3 paires de chaussettes dont une en polaire pour le soir
  • 3 T-shirt pour marcher (dont un à manche longue) qui sèchent vite
  • 1 veste polaire pas trop épaisse pour marcher
  • 1 pull polaire pour le soir (dont j’aurais pu me passer)
  • 1 short
  • 1 pantalon transformable en short
  • 1 legging pour le soir et pour dormir
  • 1 haut manche longue polaire pour le soir et pour dormir
  • 3 culottes qui sèchent vite
  • 2 brassières de sport
  • Veste coupe-vent imperméable
  • Cape de pluie
  • Bandeau Buff
  • Casquette
  • Gants en soie
  • Écharpé
  • Bouchons d’oreilles
  • Lunettes de soleil
  • Serviette microfibres
  • Gant de toilette
  • Drap de sac en soie (pour dormir dans les refuges)
  • Trousse de toilettes minimum (plus quelques médicaments type paracétamol, des pansements pour les ampoules, crème d’arnica, baume du tigre…)
  • Frontale
  • Couteau suisse
  • Boîte Tupperware pour manger dedans
  • Verre en plastique
  • Couverts en plastique
  • Petit sac à dos compact en tissu
  • 2 Gourdes de 1L chacune
  • Des pastilles micropures pour purifier l’eau si besoin

 

Liste des affaires partagées entre nous 3 :

  • Jeu de cartes
  • Fil à linge et 3 ou 4 pinces à linge chacun
  • Casserole pour 2 personnes (suffisant pour ce que l’on a fait)
  • Bouteille de gaz
  • Réchaud
  • Éponge, produit vaisselle et torchon de vaisselle
  • Sacs poubelles
  • Crème solaire

 

La nourriture :

Voici ce que l’on avait prévu pour les 5 jours et demi (quantités suffisante, il ne nous restait plus grand-chose le dernier jour !)

Pour le petit-déjeuner par personne : 80 à 100g de flocon d’avoine, une ou 2 cuillère à café de lait en poudre, une cuillère à café de cacao et environ 30g de mélange de fruit secs (raisins, noix de coco et banane, nous avions un paquet de 500 g pour les 3 pour 5 matins). Des sachets individuels de thé et café (nous étions 2 buveuses de thé et buveur de café !)

Pour les midis (5 en tout sachant que le 6ème jour nous savions que nous allions arriver à la voiture dans la matinée donc nous n’avions pas prévu le repas), les quantités sont pour 3 personnes :

  • 1er midi : 2 baguettes achetées le matin même, 3 tranches de jambon, ½ camembert, 3 œufs durs, 1 tomate et 3 pommes
  • 2ème midi : 6 tortillas (galettes de maïs), comté, 1 saucisson
  • 3ème midi : 6 tortillas, 150-200 g de gouda, 1 grosse boîte de thon
  • 4ème midi : tortillas, 150-200 g parmesan, pâté (3 boîtes individuelles)
  • 5ème midi : 6 tortillas, 1 petit fromage de chèvre sec (qui s’est très bien gardé !), 1 saucisson de viande sèche

Pour les soirs :

  • 1er soir : 400 g de pâtes + soupe à la tomate en guise de sauce
  • 2ème soir : soupe aux champignons puis 2 sachets de 250 g  de risotto aux champignons précuits
  • 3ème soir : 125 g de purée mousseline + un peu de soupe à la tomate pour le goût
  • 4ème soir : 250 g de semoule + soupe tomate
  • 5ème soir : 2 sachets de 250 g de blé à la tomate précuits + les 100 g de pâte qu’il nous restait à cuire du premier soir.

Pour les en-cas et desserts nous nous étions partagés pour nous 3 :

  • 2 plaques de chocolat de 100 g
  • 12 barres de pâte d’amande
  • 6 barres Ovomaltine
  • 250 g de cranberry
  • 500 g d’amandes
  • 250 de dattes
  • 250 g de pruneaux
  • 1,5 gâteaux énergétiques faits par Mathilde (fait avec 500 g de fruits secs et noix par gâteau !)

 

6 jours dans les Pyrénées, en semi-autonomie

Avec 2 amis, nous voulions faire un trek de 5-6 jours dans les Pyrénées. Après avoir fait quelques recherches sur internet, nous trouvons le Tour du Vignemale, c’est une boucle, en 6 jours et 5 nuits en refuges. Ça tombe bien nous n’avons pas l’équipement nécessaire pour faire du bivouac et pour l’un d’entre nous ça sera un tout premier trek, donc on part pour un trek en semi-autonomie : nuits en refuges mais nous portons toute notre nourriture pour les 5 jours de demi, et donc un réchaud, du gaz, une casserole et chacun sa gamelle !

La veille du départ du trek, après un long trajet, nous arrivons au camping Le Vignemale, aux Cauterets. Nous préparons nos sacs pour le trek, partage de la nourriture et on réduit le nombre de vêtements un maximum !

JOUR 1 : Pont d’Espagne (1500 m) – Refuge de Baysselance (2650 m)

Départ 8h45, arrivée 17h

12 km, D+ 1200 m, D- 100m (rajouter 300 D+ et D- pour le Petit Vignemale)

Le matin du départ, réveil à 6h45, il faut déjeuner, replier la tente, tout ranger dans la voiture et passer chercher du pain ! Nous arrivons au Pont D’Espagne où nous garons la voiture (8€ pour plus de 12h donc pour 6 jours c’est le même tarif !), le temps de s’équiper, nous démarrons ce trek à 8h45, le soleil arrive et la journée s’annonce magnifique ! Nous marchons tout en prenant des photos par ci par là, nous passons par le lac de Gaube, très joli, puis nous arrivons vers 11h30 au refuge des Oulettes de Gaube (2100 m), il est un peu tôt pour casser la croûte, nous attaquons la montée au col et mangeons 1h plus tard, avec une superbe vue (nous apercevons encore le refuge des Oulettes).

p1130348
Lac de Gaube
p1130356
Depuis le refuge des Oulettes de Gaube

On reprend la montée après mangé, dur dur, et il fait chaud. Un peu plus haut, on aperçoit un petit lac en contrebas, on dépose nos sacs et on se dirige vers le lac pour se rafraîchir un peu (il était un peu plus loin que l’on pensait, surtout quand il faut remonter mais ça fait un bien fou !). On arrive au col vers 15h, une petite pause s’impose ! Le petit Vignemale est juste en haut. On dépose les sacs au col, comme la plupart des randonneurs, et on s’attaque au petit Vignemale. Nous prenons quand même les bâtons et un petit sac à dos avec de l’eau, une barre de pâte d’amande, un coupe-vent et nos papiers et argent. La montée est raide et il y a plusieurs chemins parfois difficiles à repérer mais nous y arrivons en 45 min environ. La vue à 360° est magnifique. Nous sommes tout proches d’un glacier, nous apercevons le lac de Gaube, un lac de l’autre côté que nous passerons le lendemain. Nous sommes seuls au sommet, nous y restons un moment. Le coupe-vent n’est pas utile, ce jour-là, même à 3000 m il chaud ! Nous redescendons, récupérons nos sacs toujours là et nous prenons la route pour le refuge de Baysselance, où nous arrivons une petite demi-heure plus tard.

p1130374
Photo de groupe à 3000 m, en haut du Petit Vignemale, avec au fond le lac de Gaube
p1130365
Le glacier vu depuis le Petit Vignemale

Son emplacement est parfait, une superbe vue sur la vallée ! Le refuge est complet. L’eau se fait rare en ce mois de septembre après un été sec, il n’y a pas de douche et les sanitaires sont fermés de 18h30 à 20h30 pour manque de débit d’eau en cuisine… pas cool pour les toilettes surtout qu’il n’y a même pas de toilette sèche dehors !

Nous sommes heureux de ne pas manger dans le refuge, le repas est très bruyant et il fait encore bon à l’extérieur. Nous sommes au calme, à admirer la nature. La nuit tombe vite et sitôt le soleil parti, il fait frais. Nous rentrons et profitons des tables pour jouer aux cartes, nous allons ensuite nous coucher vers 21h30, ça ronfle déjà dans le dortoir, la nuit va être longue !

JOUR 2 : Refuge de Baysselance (2650 m) – Refuge de la Grange de Holle (1495 m)

Départ 8h45, arrivée 15h30

13 km, D+ 0 m, D- 1300m

Quand le réveil sonne à 7h30, nous sommes les derniers encore dans le dortoir, les autres sont tous parti plus tôt, non pas sans bruit ! Après un petit déjeuner, nous attaquons notre journée de marche par une longue descente, passant par les grottes du comte Russell, nous traversons la rivière en marchant sur un pont de neige (un marcheur du coin nous avait mis en garde de passer un par un et sans s’arrêter, ce qui a eu pour conséquence de rendre nerveuse Mathilde !) C’est assez surréaliste de voir cette quantité de neige qui fond à vue d’œil mais qui est toujours là au mois de septembre après 2 mois de chaleur ! Nous continuons notre marche jusqu’au barrage d’Ossoue où nous nous octroyons une petite pause et j’en profite pour troquer mes chaussures de marches qui me font mal aux pieds (surtout en descente) contre mes sandales. Le chemin ayant l’air d’être facile et sans caillou.

p1130402
Pont de neige que nous avons passé !
p1130422
Lac du barrage d’Ossoue

La suite de la journée se fait sans grande difficulté, nous marchons à flanc de montagne avec une superbe vue. Il fait encore plus chaud que la veille. La pause déjeuner s’attarde un peu, on est à l’ombre, il n’y a personne et la sieste nous guette ! Après une bonne heure de pause on se remet en marche, il devrait nous rester 2h maximum avant l’arrivée à la Grange de Holle. La dernière partie pour descendre à la Grange de Holle est un peu délicate en sandale mais néanmoins faisable. Nous sommes tous les 3 un peu déçus en apercevant la route et quelques voitures, l’emplacement du refuge de Baysselance était tout de même idéal ! Le gardien du refuge de la Grange de Holle est très sympathique (contrairement à ses collègues de la veille), nous profitons d’être arrivé tôt et d’avoir de l’eau pour prendre une bonne douche et laver nos vêtements puis nous profitons d’une bière en terrasse (nous avons un anniversaire à fêter !), avec une belle vue derrière le chalet. Ce soir, nous serons les seuls dans notre chambre, c’est agréable !

p1130427

p1130434
Chalet de la Grange de Holle
p1130435
Et la vue derrière le chalet

JOUR 3 : Refuge de la Grange de Holle (1495 m) – Camping Valle de Bujaruelo

Départ 8h, arrivée 16h30

17 km, D+ 900 m, D- 700 m

Nous partons dans le brouillard, qui malheureusement ne nous permettra pas de voir le cirque de Gavarnie que nous devrions voir depuis le plateau de Bellevue. Nous passons par la vallée Pouey Aspe où nous croisons plus de marmottes que de randonneurs !

p1130462

Une dernière montée difficile, dans les cailloux, où nous avons du mal de retrouver notre chemin, nous amène au col du Boucharo (2300 m). On croise beaucoup de personne au col, malgré l’absence totale de vue ! Passage en Espagne, une petite photo devant le panneau et nous attaquons la descente sans s’attarder, il ne fait pas chaud ! Sitôt descendu de quelques mètres, on aperçoit du ciel bleu et on voit enfin devant nous ! Ce n’est donc pas un mythe, il fait toujours beau en Espagne !

p1130471
La vue depuis le col de Boucharo…

p1130476

20160908_115601
La descente continue

On continue la descente sous le soleil, casse-croûte et mini-sieste en route et on atteint San Nicolas de Bujaruelo à 15h, sous un soleil de plomb ! L’itinéraire initial nous faisait dormir dans ce refuge mais nous nous sommes rendu compte qu’il était complet une fois avoir réservé les deux premiers… On a trouvé le camping de la Valle de Bujaruelo, à 45 min de San Nicolas, qui propose des chambres privées en refuge pour un prix très raisonnable ! Vu la chaleur, on n’a pas hésité très longtemps avant de sauter dans la petite rivière qui passe devant le refuge de San Nicolas. L’eau était froide mais qu’est-ce que ça fait du bien après une journée de marche !

p1130490
Baignade à côté du refuge de San Nicolas

Une petite heure plus tard, on se remet en route pour le camping de la Valle de Bujaruelo, à 45 min de marche quasi plat et on est ravi de voir une superbe petite chambre, qui sent bon le propre et que l’on n’aura pas à partager avec des potentiels ronfleurs ! Nous profitons du beau temps en nous installant en terrasse avec une bière artisanale et un jeu de carte ! Quel bonheur d’entendre parler espagnol autour de nous, on se sent tout de suite dépaysé !

p1130495
En route pour le camping de la Valle de Bujaruelo
p1130499
Vue depuis la chambre !

JOUR 4 : Camping Valle de Bujaruelo –  Refugio Casa de Piedra (1600 m)

Départ 7h30, arrivée 16h45

23 km, D+ 1200, D- 900m

La journée s’annonce longue du fait de notre refuge un peu plus loin que prévu, nous avions donc décidé de partir assez tôt, on marche toujours mieux le matin. De plus des précipitations orageuses ont été annoncées pour la fin d’après-midi. (Il ne fait pas toujours beau en Espagne finalement !) Nous repassons devant le refuge San Nicolas puis longeons une bonne partie de la journée le Rio Ara. Le sentier est plat au début puis commence à monter. Les faibles indications nous font faire demi-tour deux ou trois fois, heureusement j’ai un GPS et une carte sur mon téléphone qui nous fait nous en apercevoir avant d’avoir fait 5 km dans la mauvaise direction ! Nous ne croisons personne mais pouvons apercevoir des dizaines de marmottes courir dans tous les sens sur le flanc de la montagne en face. Et nous en observons également beaucoup sur notre sentier. Quel plaisir de regarder ces petites bêtes !

p1130516p1130503

Après avoir grimpé un bon moment, on décide de faire la pause déjeuner en pensant ne plus être très loin du col de Brazato. Erreur ! La route est en fait encore longue et le ciel devient de plus en plus couvert. Nous entendons l’orage au loin et la pluie se met à tomber lorsque nous atteignons les lacs avant le col. Nous sortons les capes et j’encourage mes amis à avancer au plus vite mais la dernière montée au col se fait raide ! Nous arrivons en haut vers 14h15, toujours sous la pluie. Nous prenons à peine le temps de faire une photo au col, l’orage se remet à tonner plus proche de nous.

20160909_142157
Le col n’est plus très loin !

Le début de la descente n’est pas facile, tout comme une partie de la montée au col, il faut enjamber de gros cailloux et la pluie ne nous facilite pas la tâche ! Dommage que le temps ne soit pas au beau, le paysage est magnifique, nous passons à côté du lac de barrage puis attaquons plus sérieusement la descente jusqu’à Baños de Panticosa. Un coup de tonnerre très fort nous fait sursauter, j’ai accéléré le rythme. Dans la descente la pluie s’arrête mais le ciel étant noir, je continue dans ma lancée ; j’arrive à Baños de Panticosa un peu avant 16h30 (soit 2h15 de descente), mes amis arrivent une vingtaine de minutes plus tard, la pluie recommence, nous allons nous réfugier à la Casa de Piedra où nous passons la nuit. Le village ressemble à une station balnéaire à moitié en ruine et l’autre moitié occupée par d’immenses hôtels pas très chouettes…

JOUR 5 Casa de Piedra (1600 m) – Refuge Wallon-Marcadau (2450 m)

Départ 8h, arrivée 15h

12 km, D+ 1200, D- 700 m

La pluie a fait place au beau temps, nous partons de la Casa de Piedra sous un ciel qui s’annonce prometteur ! Nous commençons directement par une montée qui mène au col  Port du Marcadau (2540 m), en passant par des lacs. La vue est magnifique, et le chemin très fréquenté, nous ne croiserons pas de marmottes aujourd’hui !

p1130546
Cascade peu de temps après le départ de la Casa de Piedra

p1130562p1130575

Nous arrivons au col un peu avant midi et décidons avec Mathilde de s’attaquer au Muga Nord, 150 m plus haut que le col. Fred nous attend au col et se réchauffe au soleil. Nous arrivons au sommet en 15 min, la vue à 360° est impressionnante ! Nous apercevons au loin le refuge Wallon-Marcadau.

p1130585
Depuis le Muga Nord

p1130594

p1130597

Nous redescendons et cassons la croûte au col puis la descente nous emmène au refuge Wallon. Nous arrivons tôt et profitons du soleil pour se laver dans la rivière. Il ne fait pas aussi chaud que les premiers jours mais ça fait tout de même du bien après la journée de marche ! Le refuge Wallon est immense (capacité 86 couchages). Nous mangeons les derniers repas qu’il nous reste, les sacs à dos se sont nettement allégés depuis le 1er jour !

p1130609
Refuge Wallon-Marcadau

JOUR 6 : Refuge Wallon-Marcadau (2450 m) – Pont d’Espagne (1500 m)

Départ 8h, arrivée 10h

7,5 km, D+ 0 m, D- 950m

Dernière matinée très facile, la fin est proche. 2h de descente plutôt tranquille jusqu’au parking du Pont d’Espagne. Nous aurions pu finir la veille mais nous avions prévu le trek comme ça. Certaines personnes laissent leur voiture aux Cauterets, prennent une navette jusqu’au Pont d’Espagne le 1er jour et marchent jusqu’aux Cauterets le dernier jour, il faut compter environ 2h de marche entre Pont d’Espagne et Les Cauterets.

Fin d’un chouette trek, avec dans l’ensemble du beau temps et de superbes paysages. Maintenant direction Biarritz !

20160911_082937
Heureux d’avoir fait ce trek !

p1130622

p1130627
Le fameux Pont d’Espagne